28/10/2006

Sites de cartographie

Google Earth

 

 

Cartes et vues aériennes en 3D

http://earth.google.fr

 

Google Mars

 

Cartographie de la planète Mars

www.google.com/mars

 

Google Maps

Atlas géographique avec noms des rues

http://maps.google.fr

 

Geoportail

Portail cartographique de l’ensemble des territoires français

www.geoportail.fr

 

Université d’Austin, Texas

230000 cartes de toutes périodes et du monde entier à télécharger

www.lib.utexas.edu.maps

 

Carto Cassini

Cartes essentiellement de France issues en grande partie de la Bibliothèque nationale

www.cartocassini.org

 

Atlas historique

120 cartes historiques

www.atlas-historique.net

 

National Geographic

Images satellites et photos aériennes, images de Mars

www.nationalgeographic.com/maps

 

Bibliothèque du Congrès américain

 

Cartes téléchargeables gratuitement datant de 1500 à aujourd’hui

http://lcweb2.loc.gov/ammem/gmdhtml/gmdhome.html

 

Le Monde Diplomatique

130 cartes illustrant les problèmes de notre temps

www.monde-diplomatique.fr/cartes

 

Infoplease

Base de connaissances géographiques avec une section atlas

www.infoplease.com/atlas

 

World Wind de la NASA

Logiciel pour survoler le monde

http://worldwind.arc.nasa.gov

 

Atlasgeo

Découverte géographique par pays

www.atlasgeo.net/

 

Le Petit Bazar cartographique

Listes liens cartographiques

http://w3.univ-tlse2.fr/geoprdc/bazarcarto/index.php

 

Ismap

Tracés d’itinéraires

www.ismap.fr/

 

Intelligence-Center

Cartographie : moteurs et outils de recherche

http://c.asselin.free.fr/french/carto.htm

 

Microsoft Local Live

Cartes et itinéraires de Microsoft

http://local.live.com/

 

Cartes-Plans

Cartographie de la France et de l’Europe

www.cartes-plans.com/

 

Graphicmaps

Ressources graphiques pour la cartographie

www.graphicmaps.com/aatlas/world.htm

 

Worldatlas

Atlas mondial

www.worldatlas.com/aatlas/world.htm

 

Viamichelin

Recherche de lieux et tracés d’itinéraires

www.viamichelin.fr

 

Touring Club de Belgique

Recherche de lieux et tracés d’itinéraires

www.touring.be/fr/loisirs/trajet-circulation/calcul-itineraire/index.asp

 

Maporama

Recherche de lieux et tracés d’itinéraires

http://world.maporama.com/idl/maporama/

 

Mapquest

Recherche de lieux et tracés d’itinéraires

www.mapquest.com/

 

Expedia

Recherche de lieux et tracés d’itinéraires

www.expedia.com/pub/agent.dll?qscr=over&rfrr=-357

 

18:31 Écrit par Lucky Skywalker dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cartographie, cartes, favoris |  Facebook |

11/10/2006

Beaumont: croquis

 

tour salamandre

La Tour Salamandre.

 

tour salamandre et poterne des ramparts

La Tour Salamandre et la poterne des remparts.

 

Chapelle st julien

La Chapelle Saint-Julien.

 

moulin banal

Le Moulin banal.

 

poterne dans les remparts

Poterne dans les remparts.

 

Remparts depuis la tour salamandre

Les remparts depuis la Tour Salamandre.

 

Gozee-route charleroi a beaumont-la zeupire-pierre druidique

Gozée : la Zeupire, pierre druidique.

21:18 Écrit par Lucky Skywalker dans Hobbies | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : croquis, dessin |  Facebook |

10/10/2006

Cartes postales, été 2006

istrie

 

 

istrie timbre

 

 

CROATIE: un survol des villes et sites principaux du pays.

Hélène et Cédric.

 

autriche

 

autriche timbre

 

 

AUTRICHE : Krems en 1890 avec la Piaristenkirche et la Stadtpfarrkirche

Paula

 

venise

 

venise timbre

 

 

ITALIE : Venise et la place San Marco

Yvonne

 

cesky raj 03

 

cesky raj timbre

 

 

TCHEQUIE : parc de Prachovské skaly dans le « Paradis de la Bohème » (Cesky raj)

Micheline et Freddy

 

rome

 

rome timbre

 

 

ITALIE : Rome, la Fontaine de Trévi

Arianne et Pierre

19:51 Écrit par Lucky Skywalker dans Photo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo, cartes postales, philatelie |  Facebook |

09/10/2006

Le Reichstag de Berlin

 

 

 

 

 

 

reichtag_luft

 Reichtag%20%20Berlim

 

 

 

 

 

 

 

Reichtagfacade~3

 

Construit par Paul Wallot il y a tout juste cent ans, la "commode surchargée" du Reichtag est un exemple ostentatoire de l'historicisme allemand destiné à accueillir le Parlement de l'Empire. Le bâtiment devint symbolique dès 1918 lorsque la République fut proclamée de l'une de ses fenêtres puis, en 1933, lors de son incendie criminel qui fut le prétexte à la suspension des conditions démocratiques en Allemagne par les national-socialistes.

 

Après les importantes destructions causées par la guerre et le dynamitage de sa coupole au cours des années cinquante, le Reichstag fut restauré  par l'architecte Fritz Baumgarten pour accueillir des réunions parlementaires. Devenu symbole des espérances déçues de la réunification du pays, le Reichstag fut promis enfin à une nouvelle vie en 1991 lorsque Berlin redevint capitale de l'Allemagne réunifiée.

 

Un concours fut alors organisé pour vider et réaménager le Reichstag redevenu le siège du Parlement. Le bureau de l'architecte Foster fut finalement retenu en 1993 et les travaux commencèrent en 1995 après que Christo ait emballé et ficelé le bâtiment pendant une durée de six semaines dans des bandes de tissu synthétique gris-argent.

 

 reichstag-cupula

 Reichtag03

 ReichtagBerlin

 

Le projet de reconstruction de la coupole vitrée de Wallot devint rapidement l'objet de toutes les discussions pour finalement aboutir au projet d'une coiffe vitrée, accessible aux visiteurs par une double rampe hélicoïdale et offrant une vue dans la salle des séances et un panorama sur la ville.

 

Du haut de cette coupole, le peuple berlinois établi visuellement et symboliquement le lien entre la ville que l’on domine et les parlementaires qui siègent à la tribune, les seuls reflets d’une verrière venant perturber quelque peu le contrôle démocratique que l’on pourrait exercer directement sur leurs écrits. Le système de ventilation, sorte de haut-parleur dressé symboliquement comme une corne d’abondance vers l’ouverture béante de la coupole, semble, dans une profonde respiration, transmettre à la ville le message des parlementaires. A moins qu’il ne serve de cornet acoustique géant pour mieux appréhender les requêtes des électeurs…

 

La structure de verre hémisphérique, véritable voûte crânienne de la démocratie, et les mouvements tournoyant des visiteurs sur la double rampe hélicoïdale ne symbolisent-ils pas aussi le tourbillon des réflexions qui devrait agiter le crâne de l’assemblée qui siège un peu plus bas ?... Et dans ce lieu aussi symbolique qu’une cathédrale gothique, le soleil, par un jeu de miroirs réfléchissants, apporte aussi aux têtes pensantes de l’élite politique sa lumière, tamisée par un filtre qui coordonne avec l’astre son imperceptible déplacement.

 

Ce lieu de l'histoire berlinoise et allemande est évidemment chargé d'une importante symbolique qui échappe certainement à la plupart des nombreux visiteurs qui se précipitent pour la visite de ce haut lieu touristique berlinois.

 

 

 

 

 

 

 KakoleeReneeRoy.SunsetatReichtag.a

 3.-reichtag

 

 

 

 

05

 

Site du Reichstag avec visite virtuelle : http://www.bundestag.de/htdocs_f/index.html

Le Reichstag sur le site « In Berlin » avec de nombreuses photos : http://inberlin.free.fr/Regierungsviertel/Reichtag/Reicht...

18:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Architecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : architecture, berlin |  Facebook |

08/10/2006

Frank Gehry: hôtel Marquès De Riscal à Elciego

 

exterieur


Le tout nouvel hôtel Marquès De Riscal, conçu par l’architecte Frank Gehry, vient d’ouvrir ses portes en septembre 2006 au milieu des vignes d’Elciego, petit village dans la Rioja Alavesa, au nord de l’Espagne.

Cet établissement de luxe (chambre à partir de 300 euros) abrite une cave où sommeillent des millions de bouteilles et un centre de spas vinothérapie Caudalie dont les cures pour les soins du corps et du visage tirent parti des propriétés antioxydantes de la vigne et du raisin : bains à la vigne rouge ou au marc de raisin, massage vigneron, soin du visage à la pulpe vitaminée, etc…

 

exterieur 02


Le bâtiment est conçu d’une multitude d’ondulations métalliques rouge, or et argent qui caractérisent l’œuvre de Gehry. Ces toitures en titane et acier inoxydable symbolisent les trois couleurs de l’étiquette des vins rouges Marquès De Riscal.

L’édifice ultra-moderne abrite une infrastructure hôtelière de 14 chambres dont les fondations traversent un étage de caves climatisées. Le premier étage est relié par une passerelle à un bâtiment d’aspect plus traditionnel qui compte 35 chambres supplémentaires et héberge le centre de vinéothérapie. Le restaurant de l’hôtel, tenu par le chef le plus en vue de la région, rassemble plats modernes et de tradition.

 

exterieur 03


Pour visualiser toutes les photos de cet hôtel de luxe : www.luxurycollection.com/marquesderiscal

Pour plus de détail sur les spas vinothérapie : www.caudalie.fr

 

Hotel Marques de Riscal - Alava - Espagne -Arch Frank O Gehry~1

 

19:16 Écrit par Lucky Skywalker dans Architecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : espagne, gehry, hotel |  Facebook |

05/10/2006

Les plus grands obélisques

01 Rome latran2Obélisque : Rome, place St-Jean-de-Latran

 

Hauteur : 32,18m

Constructeur : Thoutmosis III (1508-1493 av. J.-C.). Travail achevé par Thoutmosis IV

Emplacement d’origine : grand temple de Karnak (VIIIè pylône probablement). Transporté à Rome en 357 et érigé au Circus Maximus. Réédifié en 1588 après avoir été brisé.

Particularité : Obélisque unique qui ne faisait pas paire avec un autre.


hatchepsout01Obélisque : Karnak

 

Hauteur : 29,56m

Constructeur : Hatchepsout (1490-1470 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : IVè pylône où il se trouve toujours

Particularité : la partie supérieure aurait été couverte d’or. Les inscriptions des colonnes latérales s’arrêtent à la moitié du fût.


rome place st pierre vatican_03bObélisque : Rome, place St-Pierre

 

Hauteur : 25,37m

Constructeur : inconnu

Emplacement d’origine : Héliopolis, probablement. Transplanté à Rome et brisé sans doute lors de son installation dans l’ancien cirque de Néron. Remonté en 1586 par l’architecte Dominique Fontana à l’initiative du pape Sixte-Quint

Particularité : ne porte aucune inscription


obelisqueLouxorObélisque : Louqsor

 

Hauteur : 25m

Constructeur : Ramsès II (1290-1224 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : entrée du temple de Louqsor où il se trouve toujours

Particularité : quatre statues de cynocéphales figurent sur les faces est et ouest du socle ; le dieu Hâpy est représenté sur les faces nord et sud.


rome plaza popoloObélisque : Rome, place du Peuple

 

Hauteur : 23,20m

Constructeur : Séthi Ier (1303-1290 av. J.-C.) ; achevé par Ramsès II

Emplacement d’origine : grand temple de Rê à Héliopolis. Transporté à Rome vers 20 av. J.-C. et érigé sur le Circus Maximus. A été renversé et brisé, puis réédifié en 1589.

Particularité : a été raccourci de 65cm avant sa réédification.


paris concordeObélisque : Paris, place de la Concorde

 

Hauteur : 22,37m (24,43 avec son pyramidion doré moderne)

Constructeur : Ramsès II (1290-1224 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : entrée du temple de Louqsor. Transporté à Paris en 1833 et érigé en 1836

Particularité : seul obélisque doté d’un pyramidion doré installé en 1998.


rome plaza citorio obelisk-citorio2Obélisque : Rome, place Monte Citorio

 

Hauteur : 21,79m

Constructeur : Psammétique II (595-589 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : Héliopolis. Transporté à Rome vers 20 av. J.-C. et érigé au Champs de Mars. Brisé par la suite en cinq morceaux ; restauré et remonté en 1792.

Particularité : ses faces sont gravées de deux colonnes de hiéroglyphes.


new yorkObélisque : New-York, Central Park

 

Hauteur : 21,21m

Constructeur : Thoutmosis III (1508-1493 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : grand temple de Rê à Héliopolis. Transporté à Alexandrie pour être placé au Césarium et, par la suite, à New-York où il a été érigé en 1881.

Particularité : ses colonnes latérales ont été gravées pour Ramsès II. C'est l'obélisque le plus éloigné de son point d'origine.


londres 2Obélisque : Londres, quai Victoria

 

Hauteur : 20,88m

Constructeur : Thoutmosis III (1508-1493 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : grand temple de Rê à Héliopolis. Transporté à Alexandrie pour être placé dans le Césarium. Tombé à terre, il est resté couché sur le sol pendant plusieurs siècles avant d’être déplacé à Londres, où il a été érigé en 1880.

Particularité : ses colonnes latérales ont été gravées pour Ramsès II.


matariehObélisque : Matarieh, banlieue du Caire

 

Hauteur : 20,40m

Constructeur : Sésostris Ier (1971-1926 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : ancien temple d’Héliopolis dont il est le dernier vestige

Particularité : plus ancien obélisque connu, il porte une seule colonne de hiéroglyphes sur chacune de ses faces.


thoutmosis karnak1Obélisque : Karnak

 

Hauteur : 19,60m

Constructeur : Thoutmosis Ier (1493-1481 av. J.-C.) mais les inscriptions des colonnes latérales ont été gravées par Ramsès IV et Ramsès V

Emplacement d’origine : IVè pylône où il se trouve toujours

Particularité : penche vers l’ouest


istanbul-obelisqueObélisque : Istambul, Atmeidan

 

Hauteur : 19,60m (28m à l’origine)

Constructeur : Thoutmosis III (1508-1493 av. J.-C.)

Emplacement d’origine : VIIè pylône de Karnak ; brisé lors de son transport à Constantinople en 390

Particularité : une seule colonne de hiéroglyphes sur chaque face.


Particularité des obélisques de Louqsor.

 

« Naturellement, la première tâche de Lebas (l’ingénieur chargé d’examiner l’obélisque de Louxor avant son transport sur la place de la Concorde à Paris) a été d’examiner les obélisques. Il a pu vérifier avec admiration, après les ingénieurs de Bonaparte, que leurs faces ne sont pas planes, mais légèrement convexes, afin d’annuler une illusion d’optique : si elles n’avaient pas été taillées ainsi, les rayons du soleil les auraient fait apparaître concaves. Relevant au compas toutes les parties du monument qu’il doit emporter, l’ingénieur découvre autre chose, d’encore plus surprenant : les faces est et ouest ne sont pas identiques. Dans le sens de la longueur, l’une en convexe et l’autre concave, la courbure des arrêtes variant du simple au double. Cette singularité ne peut être attribuée au hasard puisqu’elle se constate de la même façon sur l’autre obélisque. »

 

Etymologie.

 

En raison de la similitude de forme, le terme obélisque (obeliscus en latin) provient du grec obeliskos qui désigne une broche à rôtir, une petite broche, une brochette... Au XVIème siècle, ce terme d'écrivait obelisce.

 

Le nom égyptien était tekhen que les spécialistes en hiéroglyphes rapprochent du terme wben, briller: Souvent terminé par un pyramidion brillant en électron, l'obélisque symbolisait le rayon solaire pétrifié qui se projetait au lieu où le dieu Atoum était apparu au commencement des temps.

 

Lien.

 

Obélisques célèbres et classés par dates et lieux: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ob%C3%A9lisque

 

Source : « Le grand voyage de l’obélisque » de Robert Solé – Collection Points Histoire n°H360 – Editions du Seuil – 2004 – ISBN 2-02-086865-2

 

13:44 Écrit par Lucky Skywalker dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : patrimoine, archeologie, obelisque, egypte |  Facebook |

04/10/2006

Piscines naturelles

piscine_ecologique_1[1]

Principe des piscines naturelles.

 

L’épuration de la piscine naturelle réside dans le lagunage, technique qui consiste à transférer l’eau dans un bassin-filtre où poussent des plantes, souvent localisées le long des berges et qui provoquent l’oxygénation permanente de l’eau et des bactéries qu’elle contient.

 

Les plantes aquatiques se nourrissent des impuretés : les micro-organismes fixés sur les racines dégradent les matières organiques contenues dans l’eau et les transforment en aliments nécessaires à la croissance des plantes.

 

Les eaux pures de la piscine et les eaux de la partie filtrante sont séparées en deux bassins contigus qui doivent rester en contact permanent, l’eau devant circuler par gravité naturelle été comme hiver. A la sortie de la zone de lagunage, l’eau est pompée par une pompe immergée et réexpédiée dans la piscine, la pompe étant équipée d’un filtre chargé de retenir les particules minérales.

 

Le système est complété par un contrôle permanent du niveau de l’eau car, même en hiver, il y a lieu de tenir compte de l’évaporation naturelle et le lagunage ne doit jamais être à l’arrêt.

 

La zone de lagunage.

 

Le volume de la zone de lagunage doit être équivalente au cinquième de la piscine et peut atteindre 1,80 m de profondeur. Elle est remplie en partie de pierre de lave dont les pores constituent un refuge pour les bactéries et plantée d’espèces végétales qui poussent le long des cours d’eau et dans les zones marécageuses.

 

Le rôle de ces plantes consiste à dégrader les matières organiques et détruire les germes nocifs : les coliformes, la salmonelle, les streptocoques et les germes responsables du botulisme.

 

La piscine.

 

La piscine proprement dite est un bassin étanche, parfois en béton mais qui est en général d’un revêtement synthétique :

-         le polyester qui offre une grande flexibilité dans les formes, sans raccords et sans plis, présente une bonne résistance et une excellente durée de vie et peut éventuellement être coloré

-         l’EPDM, membrane en caoutchouc synthétique

-         le Polyolefin, constitué de plusieurs couches de poluéthylène, à la durée de vie garantie et plus longue

 

Des petits tuyaux disposés dans le fond de la piscine peuvent y propulser de l’air sous forme de microbulles d’oxygène.

 

La lutte contre le développement des algues.

 

L’un des problèmes majeurs des piscines est le développement des algues qui peut apparaître surtout en début de saison et principalement dans les régions où l’eau est riche en phosphates (c’est notamment le cas des régions d’agriculture intensive).

 

Pour résoudre ce problème, un système à base d’ultrasons peut être utilisé de préférence aux herbicides chimiques ou à base de métaux lourds. Les UV peuvent également résoudre le problème pour combattre le développement des bactéries et les micro-organismes pathogènes qui prolifèrent dans l’eau, les bactéries fixées sur les pierres de laves n’étant pas touchées par ce type de rayonnement.

 

D’après « Plonger dans la nature », texte de Jean-Pierre Gabriel publié dans Week-End Le Vif L’Express N°25 du 23 au 29 juin 2006

 

http://www.paysage.fr/PageNouvelle/page%20050306/piscine_naturelle.htm

 

09:40 Écrit par Lucky Skywalker dans Art de vivre | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jardin, piscine |  Facebook |