16/11/2006

La lavande

« Là où la grande carline trouve assez de forces de lumière pour éclairer son soleil, la petite lavande distille des cailloux, aux feux de l’astre qui se promène en ses champs bleus comme en un autre azur, un parfum éclatant et suave qui n’est peut-être qu’une quintessence de lumière, visible des abeilles, mais trop pure à nos yeux d’humains pris au piège de l’arc-en-ciel. »

 

Pierre Lieutaghi : Le Livre des bonnes herbes (Ed. Actes Sud – ISBN 2-7427-0953-3)

 

La lavande dans le jardin.

 

Lavandula Stoechas « Snowman »

 

lavandula stoechas

  • Lavande papillon ou à toupet, au feuillage gris et légèrement duveteux. Fleurs blanches possédant des ligules au-dessus des épis avec un très bel effet décoratif.

Emplacement : ensoleillé

Floraison : V-IX

Hauteur : 60cm

Plantes par m² : 7

Convient : comme plates-bandes, fleurs coupées

 

Lavandula Angustifolia « Rosea »

 

lavandula rosea

  • Emplacement : ensoleillé
  • Floraison : VI-VIII
  • Hauteur : 40cm
  • Plantes par m² : 11
  • Convient : comme plates-bandes, fleurs coupées, plantes à feuilles persistantes

 

 

 

 

 

 

Lavandula Intermedia « Grappenhall »

 

lavande intermedia

  • Emplacement : ensoleillé
  • Floraison : VI-VIII
  • Hauteur : 40cm

 

 

 

 

 

 

 

 

Description :

  • Arbuste à fleurs, au feuillage persistant vert bleuté et persistant en hiver.
  • Fleurs généralement bleues (mais certaines variétés sont roses ou blanches), réunies en épis et apparaissant en juin.

 

Utilisation :

  • Placer en bordures, rocailles, talus et bacs.
  • Situation isolée ou en massifs.
  • Espacer la plantation de 40 à 50cm.

 

Culture :

  • Plantation au printemps ou en automne à un endroit ensoleillé où le sol n’est pas trop humide, mais est léger et bien drainé.
  • Supporte les sols secs et très ensoleillés mais arroser en été dans les bacs.
  • Plantes très mellifères fournissant un miel très parfumé

 

Entretien :

  • Après la floraison, rabattre les hampes florales.
  • Retailler au printemps.
  • Rajeunir la souche tous les 4 à 5 ans en rabattant jusqu’au vieux bois.

 

Multiplication :

  • Au début septembre, prélever des boutures de 10cm sur des pousses sans fleurs à planter dans un terreau sableux.
  • Laisser hiverner sous un châssis froid et repiquer au printemps.
  • Semis également au printemps.

La lavande dans la nature.

 

Lavande officinale (Lavandula angustifolia Miller – Lavandula angustifolia « Chaix)

  • Dénommée aussi lavande vraie, lavande femelle, lavande fine
  • Cultivée surtout en montagne aride et chaude sur le calcaire
  • Au XVIIIe siècle, classée parmi les plantes céphaliques et utilisée contre les maladies nerveuses
  • Infusion efficace contre la migraine, surtout digestive
  • Vertus stomachiques et antispasmodiques, calmantes et antiseptiques, diurétique et sudorifique.
  • S’indique contre la grippe, les vertiges, étourdissements, toux spasmodiques (coqueluche), affections bronchiques, maladies infectieuses, fièvres éruptives.
  • Possède des propriétés antivenimeuses : dans les Alpes et en Haute-Provence, on frotte la plaie des chiens mordus par des vipères
  • Chasse les poux et les insectes parasites des armoires : on frottait jadis les pieds des lits d’essence de lavande pour contrarier l’ascension des punaises
  • Son nom provient du latin « lavare » : à l’époque romaine, on l’utilisait dans le bain et les lessives et l’eau de lavande est toujours utilisée pour la toilette

 

Lavande aspic (Lavandula latifolia Medicus)

  • Dénommée aussi lavande spic ou lavande mâle
  • Cultivée surtout en basse altitude sur le calcaire
  • Même propriétés que la lavande officinale
  • Accroit fortement la sécrétion bilaire
  • L’huile de massage est un excellent stimulant et décontractant pour les douleurs musculaires et articulaires (torticolis, tendinites)
  • Huile utilisée par les peintres de la Renaissance, notamment par Rubens

 

Lavande stoechas (Lavandula stoechas L.)

  • Très riche en camphre
  • Cultivée surtout sur les terrain siliceux
  • Stimulante et vulnéraire en usage externe (actuellement inusitée)
  • Action plus forte sur le système respiratoire que les autres variétés

Lavandins.

  • Les lavandins sont des hybrides des lavandes officinales et aspic, fréquents à l’état sauvage, souvent très robuste, pouvant donner jusqu’à dix fois plus d’essence mais moins délicate.

 

Toxicité :

  • Comme le romarin, l’essence de lavande est toxique et épileptisante : inoffensive à doses médicinales, l’usage doit être modéré et les cures de longue durée interrompues périodiquement.

 

11:40 Écrit par Lucky Skywalker dans Jardinage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardinage, botanique, sante |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.