06/01/2007

Les faux-culs de la politique

C'est à lire jusqu'au bout et c'est très ingénieux.

Un morceau de bravoure...celui qui a pondu ça est un champion !

 

Dans notre parti politique, nous accomplissons ce que nous promettons.
Seuls les imbéciles peuvent croire que
nous ne lutterons pas contre la corruption.
Parce que, il y a quelque chose de certain pour nous :
L'honnêteté et la transparence sont fondamentales pour atteindre nos idéaux.
Nous démontrons que c'est une grande stupidité de croire que
les mafias continueront à faire partie du gouvernement comme par le passé.
Nous assurons, sans l'ombre d'un doute, que
la justice sociale sera le but principal de notre mandat.
Malgré cela, il y a encore des gens stupides qui s'imaginent que
l'on puisse continuer à gouverner
avec les ruses de la vieille politique.
Quand nous assumerons le pouvoir, nous ferons tout pour que
soit mis fin aux situations privilégiées et au trafic d'influences
nous ne permettrons d'aucune façon que
nos enfants meurent de faim
nous accomplirons nos desseins même si
les réserves économiques se vident complètement
nous exercerons le pouvoir jusqu'à ce que
vous aurez compris qu'à partir de maintenant
nous sommes le parti, la "nouvelle politique".

 

Lire maintenant de bas en haut... en commençant par la dernière ligne et en remontant jusqu' au début c'est..... Surprenant

 

faux culs 00

11:42 Écrit par Lucky Skywalker dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humour |  Facebook |

Commentaires

Vive l'homme politique Vive l'homme politique, sincère, généreux, non cumular, ne recherchant pas les honneurs, parlant vrai, pas traitre à ses idees et à ses amis, fidèle et sur lequel on peut compter, qui est honnête, et surtout compétent et réfléchi quand il vote des lois, sans complaisance pour le pouvoir, ni courtisan d'une personne ou d' idées venues, fulgurantes, dont on ne sait où, le motAMR ayant primauté sur la réflexion. Merci à cet Elu.
Question : mais qui peut bien correspondre à cet HOMME ?

Écrit par : cabouro | 04/01/2010

Les commentaires sont fermés.