30/08/2008

Les Demoiselles de Provence.

demoiselles [web520]Le livre.

La Provence du XIIe siècle, pays de trouba­dours, est une terre très disputée. Mais à force de courage et de ténacité, Raimon Bérenger V en a fait un comté souverain. Son épouse, la séduisante Béatrice de Savoie, lui a donné quatre filles: Marguerite, Eléonore, Sancie et Béatrice, bercées par le chant des cigales. Leur beauté, leur éducation et leur vertu vont assurer à ces demoiselles les plus hautes destinées: par alliances, elles vont régner sur quatre des royaumes les plus convoités d'Europe. Malgré les ors et les fastes des cours royales elles vivront au rythme des guerres et des croisades qui ont déchiré leur temps. Leur destin respectif et leurs secrets les conduiront de la Provence à l'Angleterre en passant par la vallée du Rhin, Aigues-Mortes ou Naples, et même en Orient, de Tunis à la Terre sainte...

demooiselles [web520]L'auteur: PATRI
CK DE CAROLIS

Patrick de Carolis naît en
1953 à Arles. Il fait ses débuts comme journaliste à FR3 Champagne-Ardenne en 1974, avant de rejoindre TFI, Antenne 2, puis la Cinq où il donne naissance au magazine Reporters. Directeur de l'information pour M6, il crée Zone interdite, puis réitère l'expérience pour France 3 quelques années plus tard avec Des racines et des ailes.

Président de France Télévisions depuis juillet 2005, Patrick de Carolis a également été directeur général du Figaro Magazine. Il a publié Conversation (Plon, 2001), biographie de Bernadette Chirac réalisée sous forme d'entretien.

Son premier roman, Les demoiselles de Provence, a paru en 2005 aux éditions Plon.

L'extrait.

La table a été recouverte de trois nappes, pour le Père, le Fils et le Saint-Esprit. On y a placé trois candélabres à trois bougies que la reine Marguerite allume avec une petite branche de fenouil soufrée. Douze petits pains représentent les apôtres. Les plats, confec­tionnés avec l'indispensable huile d'olive des Bau, sont au nombre de sept, «comme autant de plaies du Christ». Il y a treize desserts — Jésus et ses douze dis­ciples —, avec des figues, des raisins secs, des amandes et des noix, appelés les «quatre mendiants», car ils rappellent par leurs couleurs les robes des quatre ordres mendiants, Augustins, Carmes, Dominicains, Francis­cains. Les fruits et les friandises sont nombreux, prunes de Brignoles et poires d'hiver, melons et sorbes, cédrat confit et nougat. Est ajoutée en guise de pain une fou­gasse d'Aubagne qui doit être rompue et non coupée sous peine de malheur dans l'année.

18:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : provence |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.