03/10/2006

Un gros misanthrope

 

obesite

 

"Vous vous êtes peut-être demandé pourquoi j’ai ces deux grands plis d’amertume de chaque côté de la bouche qui me font ressembler à un vieux chien d’arrêt ? Je les ai eus très tôt. De même que j’ai grossi très tôt. Un jour, je me suis mis à manger pour me consoler des hommes comme certaines femmes le font prématurément pour se consoler de l’amour enfui.

 

On croit souvent que les gros sont joviaux. Moi-même je m’applique à l’être autant que possible. En me voyant, on dit : « C’est un bon gros. » Non. Je suis un méchant gros. Un gros qui est un vrai misanthrope, c’est-à-dire non seulement qui n’aime pas autrui, mais encore qui ne s’aime pas soi-même. Celui qui s’aime n’est pas un vrai misanthrope. Pour l’être, il faut avoir bien conscience que l’on porte en soi ce qui vous fait horreur chez le prochain."

 

Extrait de « Guernica » de Pierre Magnan, publié dans « Les Secrets de Laviolette », Folio policier n°133 – Editions Denoël – ISBN 2-07-041038-2

13:46 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citations, humour |  Facebook |

26/09/2006

L'Arbre - Pierre Magnan

 

 arbre magnan

 

 

 

 

 

 

 

L’Arbre.

Pierre Magnan

 

Folio n°3697

Editions Denoël – ISBN 2-07-042318-2

Texte extrait des Secrets de Laviolette (Folio Policier n°133)

 

 

« Ce chêne, on ignore son âge. On dit centenaire pour simplifier les choses, mais de combien de siècles, ça on ne sait pas. Son fût s’élève à plus de huit mètres avant que la première branche maîtresse ne fuse de lui pour s’étendre à l’horizontale. On dit centenaire mais pour le façonner tel qu’il est, c’est plutôt trois cent ans qu’il a fallu. Le vent du nord-ouest l’a saisi dans son erre de plein fouet sitôt qu’il a été en âge de lui donner prise et s’il l’a laissé pousser droit, en revanche, il s’est occupé de ses frondaisons pour les étirer démesurément sous son souffle.

 

D’ordinaire, les rameaux d’un chêne s’étalent harmonieusement avec son tronc pour axe et la nature ne permet pas que les branches maîtresses soient plus longues d’un côté que de l’autre. Mais celui-ci, malencontreusement placé dans l’axe exact du vallon, il offrait au vent du nord-ouest une prise idéale. Il y avait gagné que, d’un côté, ses frondaisons rebroussées étaient atrophiées et que, de l’autre, elles fuyaient sous le courant d’air jusqu’à s’étendre à l’horizontale, pour les plus puissantes, sur une distance de près de dix mètres. Lorsqu’on se trouvait au-dessous de la plus basse, c’était un énorme serpent de bois torsadé et contourné qui vous dominait jusqu’à cette extrémité de ramure qui surplombait le vide d’un ravin.

 

Pour compenser cette disproportion, l’arbre avait dû s’ancrer dans l’autre sens sur le banc de roche où il était assis, entre les dalles du mille-feuille calcaire qui lui servait de support. Il y avait inséré deux racines qui avaient fait éclater le roc. On pouvait les suivre à l’oeil nu, bandées comme d’énormes muscles sous tension qui resurgissaient çà et là à l’air libre dans l’éboulement du talus et qui semblaient palpiter d’une pulsation convulsive sous l’effort immobile qui les sous-tendait.

 

Sous la lune, la nuit, elles ruisselaient, bardées d’écailles fallacieuses et comme en mouvement, en train de ramper vers quelque proie qu’il importait d’encercler. »

 

Retrouvez Pierre Magnan sur son site Internet : http://www.lemda.com.fr/

11:04 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citations |  Facebook |

22/08/2006

Paul Auster: citations

 

 

Paul Auster est le plus francophone des écrivains post modernistes américains. Il vit et écrit à Brooklyn. Ses livres sont publiés en français par Actes Sud.

 

Son œuvre cache une structure narrative complexe où les digressions et les récits s’emboîtent les uns dans les autres, où l’intervention du hasard joue un rôle prépondérant et où l’identité de l’écrivain se mêle à celle du narrateur et du personnage principal du livre lui-même souvent à la recherche de son identité où de celle d’autres personnages.

 

Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Auster

 

 

L’automne amoureux.

 

« L’amour entre gens d’un certain âge a ses côtés embarrassants et ses lenteurs comiques, mais aussi une qualité de tendresse qui échappe souvent aux jeunes. Vos seins, votre queue peuvent bien avoir perdu de leur fermeté, votre peau est toujours votre peau et si quelqu’un vous caresse, vous serre dans ses bras ou vous embrasse sur la bouche, vous pouvez encore fondre comme autrefois, quand vous pensiez vivre toujours. Nous n’en étions pas encore, Joyce et moi, au mois de décembre de nos vies mais, incontestablement, mai était loin derrière nous. Ce que nous vivions ensemble, c’était un après-midi de la fin ou de la mi-octobre, l’une de ces belles journées d’automne où le ciel est d’un bleu intense, l’air vif et savoureux et où un million de feuilles tiennent encore aux branches – brunes, en majorité, mais avec encore assez d’or, de rouge et de jaune pour vous donner envie de rester dehors le plus longtemps possible. »

 

Brooklyn Follies – Actes Sud

 

Fièvre acheteuse.

 

« Elle aimait les rituels de la société de consommation, et à l’instar de tant d’Américains avant et après elle, elle pratiquait les emplettes comme un moyen d’expression, élevé parfois au niveau d’une forme d’art. Entrer dans un magasin, c’était s’engager dans un processus alchimique qui attribuait à la caisse enregistreuse des propriétés magiques de métamorphose. Désirs inexprimables, besoins intangibles, nostalgies indistinctes, passés par la boîte à finances, en ressortaient comme des réalités, des objets palpables qu’on pouvait tenir en main. Ma mère ne se fatiguait jamais de se rejouer ce miracle, et les factures qui en résultaient devinrent une pomme de discorde entre elle et mon père. »

 

Le Diable par la Queue (suivi de Pourquoi écrire ?) – Actes Sud

 

 

L’argent : une fiction.

 

« L’argent est une fiction, après tout, du papier sans valeur qui n’en acquiert que dans la mesure où un grand nombre de personnes décident de lui en attribuer. Le système est fondé sur la foi. Non sur la vérité, ni sur la réalité, mais sur la croyance collective. Et qu’arriverait-il si on sapait cette foi, si un grand nombre de personnes se mettaient soudain à douter du système ? Théoriquement, le système s’effondrerait. »

 

Le Diable par la Queue (suivi de Pourquoi écrire ?) – Actes Sud

 

16:28 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citations, auster |  Facebook |

04/06/2006

Tahar Ben Jelloun: L'amitié

 

 

L'amitié est une religion sans Dieu ni jugement dernier. Sans diable non plus. Une religion qui n'est pas étrangère à l'amour. Mais un amour où la guerre et la haine sont proscrites, où le silence est possible. Ce pourrait être l'état idéal de l'existence. Un état apaisant. Un lien nécessaire et rare. Il ne souffre aucune impureté. L'autre, en face, l'être qu'on aime, est non seulement un miroir qui réfléchit, c'est aussi l'autre soi-même rêvé.

 

 

 

L'amitié parfaite doit être une sorte de solitude heureuse, expurgée de sentiment d'angoisse, de rejet et d'isolement. Ce n'est pas une simple histoire de double où l'image de soi serait passée par un filtre, un examen qui en grossirait les défauts, les manques et en réduirait les qualités. Le regard de l'ami devrait nous livrer notre propre image avec exigence. L'amitié se tiendrait alors dans cette réciprocité sans faille, guidée par le même principe d'amour: le respect qu'on doit à soi-même pour que les autres nous le rendent, naturellement.

 

 

L'amitié est rare, très rare, d'où son aspect précieux et marquant. On arrive à la fin de la vie et on essaie de compter ceux que l'on considère comme de vrais amis, ceux dont la fidélité a été sans faille, ceux qui vous ont aimé tel que vous êtes, sans vous juger ni essayer de vous changer. C'est dans les épreuves, les moments difficiles et parfois décisifs, que l'amitié se révèle et se consolide, ou s'absente et tombe dans le commun de l'oubli. L'amitié est ce qui permet de désarmer la cruauté et d'affronter le mal.

 

 

Extrait de « Eloge de l’Amitié, ombres de la trahison » de Tahar Ben Jelloun.

« Points » n° 1079

 

Lien: Bibliomonde - Tahar Ben Jelloun

 

20:34 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : citations, ben jelloun |  Facebook |

01/06/2006

L'art de dépenser

 

 

Simon Vouet : Allégorie de la Richesse.

Mauzaisse : Le Temps montrant les ruines qu’il amène et les chefs d’œuvre qu’il laisse découvrir.

 

Le savoir-faire suffit pour accumuler l’argent, mais pour le dépenser, il faut une culture…

 

Quelque chose ne fonctionne pas, aujourd’hui, dans les rapports entre notre richesse et notre culture… Il lui manque quelque chose de plus important qu’elle a abondamment possédé autrefois et qui a laissé des traces somptueuses, presque encombrantes, dans les villes et les ruines.

 

La culture qui nous manque pour savoir dépenser ce que nous savons produire est quelque chose de plus subtil, de plus secret, de plus quotidien qu’un cours universitaire, un concert ou un débat. Il est difficile de la définir par un terme qui en indique la présence. On peut tenter d’en circonscrire l’absence en recourant à son contraire : la vulgarité.

 

Savicco Vertone.

« L’Italie s’éveille à l’Est »

Emois n°5 – Octobre 1987

07:14 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : citations, peinture |  Facebook |

27/05/2006

Jeux littéraires

Oulipo, l’Ouvroir de Littérature Potentielle, est un mouvement littéraire fondé notamment par Raymond Queneau en 1960 et qui a pour but d’imposer des contraintes à l’écriture. Raymond Queneau s’est par exemple illustré dans « La Vie, Mode d’Emploi » (Folio), roman écrit sans la lette E… C’est dire que les contraintes inventées par ce mouvement littéraire créent bien souvent des œuvres plutôt surréalistes ! Voici quelques exemples de ces contraintes et de leurs résultats ainsi que quelques autres jeux littéraires pratiqués depuis bien longtemps déjà.

 

Lipogramme.

 

Œuvre littéraire dans laquelle on s’astreint à ne faire entrer une ou plusieurs lettres de l’alphabet. Un lipogramme ne se remarque généralement pas et doit être annoncé dans le titre.

     'Mardi, il prit son fusil, son arc, son bazooka, son tambour. Il allait battant champs, bois, monts, vallons montant son dada favori.'

(Lipogramme sans E de Raymond Queneau)

Pangramme.

Phrase comportant toutes les lettres de l’alphabet (excellent exercice de dactylographie !) 

     ' Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume.' 

     'Bâchez la queue du wagon-taxi avec les pyjamas du fakir'

     ' Voix ambiguë d'un cœur qui, au zéphyr, préfère les jattes de kiwis.'

(Anonymes)

Tautogramme.

Texte dont tous les mots commencent par la même lettre. 

     'Mazarin, ministre malade, méditait même moribond malicieusement mille maltôtes.'(maltôtes = impôt perçu illégalement) 

     'Au zénith un zeste de zéphyr faisait zézayer le zodiaque.' 

Liponimie.

Exercice littéraire consistant à s’interdire l’emploi d’un mot dans un texte.

Exemple : « Contes sans qui ni que » de Henry de Chenevières.

Palindrôme.

Mot, vers ou phrase qu’on peut lire dans les deux sens. 

     'Esope reste ici et se repose. '(Laval)

     'L’âme sûre ruse mal.' (Louise de Vilmorin)

     'Tu l'as trop écrasé, César, ce Port-Salut !' (Victor Hugo)

     'Et la marine va, papa, venir à Malte.' (Victor Hugo) 

Un record : le « Palindrome de Saint-Gilles » de Pol Kool (2004) composé de 2119 mots.

 

Phrase rhopaliques ou euryphalliques.

 

Chaque mot comporte une lettre en plus que le précédent. 

     'A la mer nous avons trempé crûment quelques gentilles allemandes stupidement bouleversées.' (Bens)

Acrostiche.

En lisant dans le sens vertical la première lettre de chaque vers, on trouve le mot du sujet, le nom de l’auteur, etc. 

Exemple : acrostiche fait sur Louis XIV par un solliciteur à la bourse vide :

 

' Louis est un héros sans peur et sans reproche

On désire le voir. Aussitôt on l’approche

Un sentiment d’amour enflamme tous les cœurs

Il ne trouve chez nous que des adorateurs

Son image est partout, excepté dans ma poche.' 

 

Littérature définitionnelle.

 

Dans un texte, remplacer chaque mot par sa définition du dictionnaire. Réitérer l’opération plusieurs fois.

 

Méthode M+/-n.

 

Remplacer dans un texte les mots M par d’autres mots de même genre qui les suivent ou les précèdent dans le dictionnaire à une distance variable mesuré par le nombre de mots.

 

Permutation.

 

Dans un texte existant, permuter les mots, verbes et adjectifs deux à deux.

 

Monosyntaxisme.

 

Ecrire un texte en respectant une structure donnée. Par exemple, si V=verbe, S= substantif et A=adjectif, faire succéder VVSSSSASSVVSSSVSV…

 

Chimères.

 

Vider un texte de ses verbes substantifs et adjectifs et les remplacer par les verbes d’un premier texte, les substantifs d’un deuxième et les adjectifs d’un troisième.

 

Poème à méthamorphose pour ruban de Moebius (Luc Etienne).

 

Prendre une bande de papier allongée. Sur l’une des faces, écrire : 

     ' Trimer, trimer sans cesse

Pour moi c’est la sagesse

Je ne puis flémmarder

Car j’aime mon métier' 

  • Retourner la bande autour de son plus grand côté et écrire : 

     ' C’est vraiment éreintant

De gaspiller son temps

Et grande est ma souffrance

Quand je suis en vacance' 

  • Coller les extrémités de la bande de papier avec une torsion d’un demi-tour. Le ruban de Moebius ainsi créé n’a en fait qu’une seule face.
  • Relire le poème de bout en bout.
  • Résultat : les vers des deux strophes s’alternent et donnent un sens bien différent au poème. 

     ' Trimer, trimer sans cesse

C’est vraiment éreintant

Pour moi c’est la sagesse

De gaspiller son temps

Je ne puis flémmarder

Et grande est ma souffrance

Car j’aime mon métier

Quand je suis en vacances' 

 

Pour tout savoir sur le ruban de Moebius:

http://www.mathcurve.com/surfaces/mobius/mobius.shtml

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_de_M%C3%B6bius

http://www.col-camus-soufflenheim.ac-strasbourg.fr/Page.p...

 

Exercice en forme de Z (Serge Gainsbourg).

 

Serge Gainsbourg excellait dans ce genre d’exercice littéraire. Voici l’une de ses chansons où chaque vers comporte un ou plusieurs Z ou son assimilé. 

     'Zazie
A sa visite au zoo
Zazie suçant son zan
S'amusait d'un vers luisant
D'isidore Isou
Quand zut ! Un vent blizzard
Fusant de son falzar
Voici zigzaguant dans les airs
Zazie et son Blazer

L'oiseau
Des îles est pris au zoom
Par un paparazzi
Zigouilleur visionnaire
De scherzi de Mozart
Drôle de zigoto
Zieuteur du genre blasé
Mateur de photos osées

Zazie
Sur les vents alizés
S'éclate dans l'azur
Aussi légère que bulle d'Alka Selzer
Elle visionne le zoo
Survolant chimpanzés
Gazelles lézards zébus buses et grizzlis d'Asie

L'oiseau
Des îles est pris au zoom
Par l'autre zèbre, bonne zigue
Zazie le fusillant d'un bisou
Lui fait voir son bazar
Son zip et son Zippo
Fendu de jusqu'à Zo
'

 

12:59 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : citations |  Facebook |

21/05/2006

Le Mont Saint-Michel

 
Au moment où je suis plongé dans la lecture d’une publication du Figaro consacrée au Mont Saint-Michel, je découvre en librairie « La promesse de l’Ange » de Frédéric Lenoir et Violette Cabesos (Livre de Poche n° 37144) dans lequel un parallélisme est fait entre la légende de la création du Mont Saint-Michel en Bretagne et du Monte Sant' Angelo dans les Pouilles en Italie.
 

Mont Saint-Michel:

En 708, l'Archange Michel apparaît en rêve à Aubert, évêque d’Avranche, et lui demande qu’un sanctuaire lui soit dédié sur le Mont Tombe en ce lieu où se trouvent deux oratoires consacrés à saint Symphorien et saint Etienne.

 

Aubert n'ayant pas réagit à sa demande, l'Archange lui apparaît une deuxième fois. Mais Aubert hésite toujours...

 

Pour convaincre l'évêque, l’Archange lui apparaît une troisième fois et met son doigt ardent sur la tête de l’évêque laquelle est perforée jusqu’à l’os.

 

Aubert s’exécute et fait construire un petit oratoire en forme de grotte pouvant contenir une centaine de personnes et y fait ensuite transférer les reliques du Monte Gargano dans les Pouilles jusqu'en Bretagne. Il ne reste rien de cette construction consacrée le 19 octobre 709 à l'exception d'un mur visible dans la salle de l'abbaye (Notre-Dame sous Terre).

 

Puisqu'il est allé chercher les reliques en Italie, Aubert devait sans doute connaître la légende qui y était attachée. De là à s'en inspirer pour inventer celle du Mont Saint-Michel, il n'y a qu'un pas...

 

 

Monte Sant' Angelo:

 

En 490, saint Michel apparaît à Laurent, évêque de Siponto et l'invite à consacrer à son culte une grotte sur le Mont Gargano anciennement utilisée pour le culte païen. Mais l'évêque n'en fait rien...

 

En 492, l'Archange réapparaît à l'évêque et, avec ses armées célestes sauve la ville assiégée par l'ennemi.

 

En 493, l'évêque décide de consacrer la grotte à saint Michel, mais celui-ci lui apparaît une troisième fois pour l'informer que la chose est déjà faite. L'évêque se rend dans la grotte et y trouve un autel en pierre recouvert du manteau de l'Archange et l'empreinte de son pieds gravée dans le rocher...

 

La petite ville de Monte Sant' Angelo comporte aujourd'hui un sanctuaire St-Michel  dont le campanile octogonal date de 1273. Un escalier à voûtes ogivales mène à la cour de l'église fermée par un portail roman et une porte de bronze réalisée à Constantinople en 1076. La grotte abrite une statue de St-Michel du XVIe siècle, un trône épiscopal du XIIe siècle et une fontaine miraculeuse.

 

Liens:

 

L'Archange Saint-Michel:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_%28archange%29

Le Mont Saint-Michel:

http://www.abbaye-montsaintmichel.com/

http://www.monum.fr/m_stmichel/indexa.dml?lang=fr

http://www.mont-saint-michel.net/

http://www.le-mont-saint-michel.org/index.htm

http://www.ot-montsaintmichel.com/

http://www.e-mont-saint-michel.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Saint-Michel

Monte Sant'Angelo:

http://www.italie1.com/monte-sant-angelo-4313.html

 

 

 

 

 

 

21:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mont-saint-michel |  Facebook |