15/09/2008

Le vice et la vertu.

On ne conduit bien une femme mariée sur la voie du vice qu'en égarant d'abord son mari sur celle de la vertu.

Frédéric Richaud
La Ménagerie de Versailles
Le Livre de Poche 3103

19:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vice, vertu |  Facebook |

Dinant: vallée de la Meuse et chaussée romaine

Voici, au départ de Dinant, une ballade en vélo de route d'environ 50 km qui vous fera découvrir les bords de la Meuse et le plateau parcouru par l'ancienne chaussée romaine.

Au départ, on parcourt la plus belle partie de la vallée de la Meuse. Le macadam n'est pas toujours très bon, mais on découvre les plus beaux villages en bords du fleuve: Anseremme, le château de Freyr avec ses rochers, Wausort puis Hastière où on quitte la vallée de la Meuse pour remonter vers les grottes du Pont d'Arcole. Là, la plus importante ascension du parcours vous attends car il faut grimper jusqu'à Inzemont avant de parcourir le plateau jusqu'à la route de Soulme à Morville.

Après avoir traversé avec prudence la chaussée de Philippeville à Dinant, on rejoint deux des châteaux de Onhaye avant de traverser Serville et, après être passé devant l'église un peu isolée, de grimper sur le plateau par la chaussée romaine que l'on suivra à travers champs en passant par Weillen. On poursuivra tout droit par cette chaussée romaine aujourd'hui transformée en chemin de remembrement avec un excellent revêtement (cette partie de l'itinéraire ne figure pas sur les cartes Google: il ne faut donc pas ttenir compte du tracé ci-dessous proposant un itinéraire de déviation). On atteind alors le quartier de Bonsecours qui domine la ville de Dinant avant de redescendre par une pente accentuée vers le centre de la ville.

18:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Vélo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dinant, meuse, anseremme, waulsort, hastiere, chaussee romaine |  Facebook |

10/09/2008

L'amitié.

Vous quittez un ami avec lequel vous avez partagé le souffle d'une agréable connivence et, soudain, vous comptez vos années d'amitié comme on compte ses pas, le temps de s'habituer à son absence, le temps de prolonger sa présence en vous. Pas facile de s'éloigner d'un bon feu pour retrouver l'éternel hiver des besogneux. L'amitié, c'est le plat de résistance du menu de la vie.

Dominique Martial.
Les Papillons d'Or.

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martial |  Facebook |

03/09/2008

La Meuse de Givet à Vireux.

 Ce parcours d'environ 50km est entièrement réalisable en vélo de route à partir de Soulme. Dès le départ, il faudra affronter la côte de Gochenée puis, à partir d'Agimont, descendre vers la Meuse à Heer-Agimont où l'on passe sur l'autre rive du fleuve.

De Givet à Vireux, la Voie Verte inaugurée en juin 2008, longe la Meuse sur une superbe bande de macadam réservée exclusivement aux vélos, rollers et piétons. A Chooz, on quitte cependant la Meuse pendant quelques kilomètres pour la retrouver à Ham-sur-Meuse.

Depuis Vireux, après avoir retraversé la Meuse, on remonte la vallée du Viroin pour regrimper sur le plateau à Mazée. La suite du circuit n'offre pas de difficulté particulière par Niverlée, Gimnée et Vodelée où il faudra cependant remonter de la vallée de l'Hermeton vers Romedenne et Surice avant de regagner le point de départ. 

 

19:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Vélo | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : givet, vireux, meuse, viroin |  Facebook |

02/09/2008

Petit traité de vélosophie.

velosophie01 [web520]Didier Tronchet:

Petit traité de Vélosophie

Réinventer la ville à vélo.

Le cycliste urbain est par nature un inventeur. Son mode de transport archi-minoritaire le conforte dans l'idée qu'il vit l'ère glorieuse des pionniers. Et cette page blanche de l'histoire de l'humanité écrite de ses pneus est un beau défi qu'il relève chaque jour en même temps que la tête, un œil sur la circulation, afin d'éviter d'être un martyr prématuré.

 

Extraits.

A hauteur de vélo.

 

velosophie02 [web520]A HAUTEUR DE VÉLO, le monde est autre. D'abord et précisément grâce à ce rehaussement de point de vue. Indiscutablement, le cycliste est au-dessus de la mêlée. Cette posture tranquillement dominante ne doit pas lui conférer un sentiment de supériorité (haut mais pas hautain), simplement une petite distance de recul, qui n'est pas loin d'être celle du fumeur de pipe. Buste droit, menton haut, le cycliste flotte au-dessus de la multitude, sans mépris, mais sans non plus paraître concerné par les contingences désolantes du plancher des vaches.

Cette bonhomie le transforme en petite bulle d'hélium mobile au-dessus d'une ville en folie. Et cet état d'esprit ne peut qu'induire un regard bienveillant, aux antipodes des pupilles dilatées par la paranoïa d'un automobiliste noyé dans une agitation circula­toire, forcément hostile.

C'est aussi un regard totalement présent; à cha­que instant mille détails de l'environnement le sol­licitent, libre qu'il est de toutes carrosseries physiques ou mentales. La ville redevient amie, terrain de jeu. C'est donc le monde qui a vacillé sur son axe. Dans une infinitésimale proportion, mais vacillé quand même.

 

 

La vélosophie.

 

velosophie03 [web520]LA VÉLOSOPHIE est donc l'ensemble des idées, intui­tions et sensations nées sur un vélo. Cet espace privi­légié et paradoxal de détente dans la tension environnante produit un type de réflexion particulier, souvent proche de la fulgurance.

Ce n'est pas seulement le vélo qui est propulsé vers l'avant, c'est aussi l'esprit tout à coup percuté par une multitude d'idées météoriques, un peu comme on tra­verse un nuage de moucherons dans une descente, la bouche malencontreusement ouverte.

Cette ouverture de l'esprit avaleur de moucherons est la conséquence d'un autre phénomène également lié au vélo: le mental, ennemi de l'intuition, de par sa fâcheuse manie de parasiter les instants de grâce de ses gamberges stériles, le mental, donc, se trouve neu­tralisé à bicyclette, tout absorbé par la conduite et la sécurité du conducteur.

La partie purement créative de l'esprit peut ainsi se détacher en catimini et accueillir toutes les susdites fulgurances, en une petite orgie jubilatoire. La bête machine un brin désuète, devient outil libérateur de la pensée.

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Vélo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyclisme |  Facebook |

01/09/2008

La Ménagerie de Versailles.

ménagerie [web520]L'auteur: Frédéric Richaud

Frédéric Richaud est né en 1966. Il est l'auteur de plusieurs romans, tous publiés chez Grasset: Monsieur le Jardinier (1999), la Passe au Diable (2002), La Ménagerie de Versailles (2006) et, récemment, Jean-Jacques (2008).

Le Livre: La Ménagerie de Versailles.

Depuis que Louis XIV a fait construire une ménagerie non loin du château de Versailles, le marquis de Dunan ne dort plus. Et s'il fournissait au roi une bête féroce, aux côtés des pélicans et des autruches qu'admirent déjà les courtisans ? Sa gloire et sa fortune seraient faites... Mais Dunan court en vain les foires du royaume les spécimens intéressants sont rares. Il en faudrait plus pour décourager notre homme, qui se lance alors dans une folle aventure où les fauves ne sont pas toujours ceux qu'on croit...

 

 Extraits:

Arrivée à Saint-Louis au Sénégal.

 

Ils longèrent sur plusieurs milles une langue de sable que la carte du marquis désignait sous le terme de « pointe de Barbarie ». Après avoir contourné son extrémité et passé l'énorme roulis que fait le Sénégal en se jetant dans la mer, ils remontèrent un couloir d'eau vigoureux, délimité à bâbord par la langue de sable et, à tribord, par des terres en grande partie marécageuses. Celles qui ne l'étaient pas étaient occupées par des champs de mil ou des troupeaux de moutons ou de chèvres.

Leur arrivée aux abords de Saint-Louis ne passa pas inaperçue. Par coutume, la population indigène se précipite vers chaque bateau qui vient du large et essaye de monter à son bord. Le marquis craignait que les Noirs qui s'avançaient vers lui en pirogue soient animés de mauvaises intentions, mais il se rendit bientôt compte qu'il ne s'agissait que d'enfants en quête de présents.

 

Le capitaine ne voulut pas qu'ils montent à bord. Il leur fit lancer des objets brillants de moindre valeur, fit bastonner les mains de ceux qui s'agrippaient à la coque et finit par faire donne un coup de canon qui fit déguerpir tout le monde.

 

Quelques minutes plus tard, L'Aurore mouilla tranquillement au milieu du fleuve, non loin de Saint-Louis.

Pour se faire une idée de cette île, il faut se représenter un morceau de terre plane long d'environ un mille et large de la moitié d'un. Il faut ensuite imaginer sur cet espace un assez grand village constitué de cabanes et de petites maisons au milieu desquelles serpentent des ruelles d'où surgissent des têtes de palmiers. Enfin, il faut mettre du soleil partout et peindre le ciel d'un bleu aussi dense que celui des vitraux de Notre-Dame.

 

 

Les mésaventures de Monsieur de Verandois.

 

La conversation tourna. Grammont demanda au marquis de parler de la France, du Roi, de la Cour... Si sa fille fut captivée par la description des palais et des jardins, il fut, quant à lui, surtout intéressé par la mésaventure qui était arrivée à un certain monsieur de Verandois:

 

« Le comte essayait d'attirer l'attention du Roi au moyen de tenues extravagantes et de puissants éclats de voix, lui expliqua le marquis. Or, Sa Majesté, vous le savez peut-être, déteste le bruit. Pour bien montrer au comte comment il devait se comporter, Elle ne lui adressa plus la parole. Dépité, le comte alla à la guerre, espérant que des faits glorieux lui feraient reconquérir sa place. Il fut six mois sans rentrer. Il revint, le bas de la mâchoire emporté par un obus. C'est ainsi qu'il se présenta au Roi un matin. Savez-vous ce que ce dernier lui dit ?

"Monsieur de Verandois ? C'est impossible. Je connais cet homme et je parierais que, même s'il avait eu la bouche arrachée, il aurait trouvé quel­que chose à nous dire. Je ne vous connais pas, monsieur".

Autant vous dire, cher monsieur Grammont, que ce trait fut rapidement connu et que tout le monde fit de son mieux pour ne pas reconnaître le comte. Il repartit à la guerre. Et cette fois-ci, pas un seul morceau ne revint. »

19:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint-louis, senegal |  Facebook |

30/08/2008

Les Demoiselles de Provence.

demoiselles [web520]Le livre.

La Provence du XIIe siècle, pays de trouba­dours, est une terre très disputée. Mais à force de courage et de ténacité, Raimon Bérenger V en a fait un comté souverain. Son épouse, la séduisante Béatrice de Savoie, lui a donné quatre filles: Marguerite, Eléonore, Sancie et Béatrice, bercées par le chant des cigales. Leur beauté, leur éducation et leur vertu vont assurer à ces demoiselles les plus hautes destinées: par alliances, elles vont régner sur quatre des royaumes les plus convoités d'Europe. Malgré les ors et les fastes des cours royales elles vivront au rythme des guerres et des croisades qui ont déchiré leur temps. Leur destin respectif et leurs secrets les conduiront de la Provence à l'Angleterre en passant par la vallée du Rhin, Aigues-Mortes ou Naples, et même en Orient, de Tunis à la Terre sainte...

demooiselles [web520]L'auteur: PATRI
CK DE CAROLIS

Patrick de Carolis naît en
1953 à Arles. Il fait ses débuts comme journaliste à FR3 Champagne-Ardenne en 1974, avant de rejoindre TFI, Antenne 2, puis la Cinq où il donne naissance au magazine Reporters. Directeur de l'information pour M6, il crée Zone interdite, puis réitère l'expérience pour France 3 quelques années plus tard avec Des racines et des ailes.

Président de France Télévisions depuis juillet 2005, Patrick de Carolis a également été directeur général du Figaro Magazine. Il a publié Conversation (Plon, 2001), biographie de Bernadette Chirac réalisée sous forme d'entretien.

Son premier roman, Les demoiselles de Provence, a paru en 2005 aux éditions Plon.

L'extrait.

La table a été recouverte de trois nappes, pour le Père, le Fils et le Saint-Esprit. On y a placé trois candélabres à trois bougies que la reine Marguerite allume avec une petite branche de fenouil soufrée. Douze petits pains représentent les apôtres. Les plats, confec­tionnés avec l'indispensable huile d'olive des Bau, sont au nombre de sept, «comme autant de plaies du Christ». Il y a treize desserts — Jésus et ses douze dis­ciples —, avec des figues, des raisins secs, des amandes et des noix, appelés les «quatre mendiants», car ils rappellent par leurs couleurs les robes des quatre ordres mendiants, Augustins, Carmes, Dominicains, Francis­cains. Les fruits et les friandises sont nombreux, prunes de Brignoles et poires d'hiver, melons et sorbes, cédrat confit et nougat. Est ajoutée en guise de pain une fou­gasse d'Aubagne qui doit être rompue et non coupée sous peine de malheur dans l'année.

18:45 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : provence |  Facebook |