08/02/2007

Offrir des fleurs.

Le langage des fleurs.

 

Freesia-and-baby-roses2~1 
  • Bleuet

Délicatesse, timidité, éternel

  • Chrysanthème

Malheur

  • Fresia

Grâce

  • Glaïeul

Provocation, réussite

  • Iris

Nouvelle joyeuse

  • Jonquille

Affection

  • Lilas

Amitié

  • Lys blanc

Pureté, chasteté, majesté, beauté

  • Marguerite

Adieu

  • Mimosa

Sécurité

  • Muguet

Bonheur, gaieté

  • Narcisse

Egoïsme

  • Oeillet

Talent, grâce

  • Orchidée

Séduction, sensualité, beauté suprême

  • Pensée

Pensée

  • Pivoine

Confusion, honte

  • Rose

Amour

  • Rose rouge

Passion

  • Tournesol

Santé

  • Tulipe

Déclaration d’amour, amour sincère

  • Violette

Amour caché

 

Symbole des nombres pour offrir des roses :

 

  • Si on offre moins de 10 roses, respecter un nombre impair
  • Pour un remerciement, offrir 12 roses
  • Pour être galant, offrir 24 roses
  • Pour déclarer son amour, offrir 36 roses

 

Des fleurs pour chaque occasion :

 

  • Naissance

Bouquet délicatement coloré et peu odorant

  • Baptême

Fleurs blanches, symbole de pureté

  • Première communion

Fleurs virginales comme la marguerite, le lilas, la jacinthe

  • Fiançailles

Bouquet blanc

  • Mariage

Bouquet de la mariée en harmonie avec sa toilette

  • Noces d’argent

Pensées, violettes, roses thé

  • Noces d’or

Fleurs jaunes ou orangées

  • Noces de diamant

Roses rouges

 

Ne jamais offrir :

  • De roses rouges à une jeune fille (c’est une déclaration d’amour)
  • De roses jaunes à une femme mariée (c’est un signe d’infidélité)
  • Des œillets à un artiste (ils attirent la mauvaise critique)
  • De chrysanthèmes (ils ont une forte connotation funéraire)

 

 

19:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Art de vivre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : botanique, fleurs |  Facebook |

25/01/2007

Tacuinum Sanitatis: un abrégé de santé du XIVe siècle

Ce manuscrit a été écrit et illustré en Italie à la fin du XIVe siècle. C'est la traduction latine d'un manuel arabe d'hygiène, œuvre d'un médecin de Bagdad.

 

Il ne s'agit pas là d'un traité de médecine à l'usage des praticiens, mais bien d'un ouvrage destiné à l'usage familial et privé, une sorte de "Raspail" médiéval, comme l'indique l'importance donnée à l'illustration. Les images sont destinées à frapper l'imagination alors que le texte est réduit au minimum en importance.

 

L'auteur donne d'abord les règles générales d'une bonne hygiène; pour bien se porter il faut tenir compte de six facteurs : l'air, la nourriture, la boisson, l'activité, le repos et le bon fonctionnement humoral.

 

Puis, en des tableaux abrégés, d'où ce nom de Tacuinum, sont étudiés les propriétés, les indications thérapeutiques, les effets toxiques et leur antidote, d'un certain nombre de plantes, aliments ou éléments minéraux.

 

Très scrupuleux, l'auteur indique ses sources au début de chaque tableau : Hippocrate, Galien, Antonius Musa, Dioscoride, Rhazès, Abulcasis et bien d'autres; cependant, il ne semble pas en avoir tiré un grand profit personnel. En effet ce qui fait la valeur de ce manuscrit c'est moins le texte, peu original et excessivement condensé, que l'illustration, exceptionnelle autant dans son inspiration que dans son exécution.

 

01~3

ANIS (anisum)

Les meilleures plantes sont celles qui ont de grosses graines.

  • Indications thérapeutiques: carminatif, excite la sécrétion lactaire, aphodisiaque.
  • Effets toxiques: peut constiper par suite de ses propriétés astringentes
  • Pour atténuer sa nocivité: utiliser la plante entière

02~3

HYSOPE (ysopus)

La meilleure espèce est odoriférante.

  • Indications thérapeutiques: calme des crises d'asthme
  • Effets toxiques: débilitant
  • Pour atténuer sa nocivité: y mêler du "nasitort" ou de l'ivraie

03~3

ABSINTHE (absintum)

La meilleure espèce est celle à feuilles blanches.

  • Indications thérapeutiques: eupeptique, préserve la peau des morsures d'araignées et de moustiques
  • Effets toxiques: irrite l'estomac
  • Pour atténuer sa nocivité: employer toute la plante et non son suc

04~3

ANETH (anetum)

La plante fraîche et bien verte est la meilleure.

 

  • Indications thérapeutiques: digestif
  • Effets toxiques: mauvais pour les reins et les estomacs sensibles
  • Pour atténuer sa nocivité: le mélanger à des "lemoncellis"

05~3

LE SEL (sal)

Le plus réputé vient de l'Adriatique.

  • Indications thérapeutiques: aide à la digestion des aliments
  • Effets toxiques: peut causer des troubles cérébraux et visuels
  • Pour atténuer sa nocivité: le laver et le sécher au feu

06~3

VIN DE CITRON (vinum citrinum)

Le meilleur doit être de l'année, limpide et clair.

  • Indications thérapeutiques: remontant, tonique
  • Effets toxiques: empêche ou ralentit les rapports sexuels
  • Pour atténuer sa nocivité: y ajouter des citrons d'Arabie

07~3

VINAIGRE (acetum)

Le meilleur est le vinaigre de vin.

  • Indications thérapeutiques: contre les vomissements de bile, les affections gingivales, eupeptiques
  • Effets toxiques: mauvais pour les nerfs
  • Pour atténuer sa nocivité: le couper d’eau et le sucrer

08~3

CAMOMILLE (camamille)

La meilleure est la plus pleine de suc

  • Indications thérapeutiques: contre la toux et les maladies de poitrine
  • Effets toxiques: provoque des balonnements intestinaux
  • Pour atténuer sa nocivité: la tremper d’abord dans de l’eau chaude

 

09~3

LE MIEL (mel)

Le meilleur est le miel récent.

  • Indications thérapeutiques: désinfectant, émollient, empêche la corruption des chairs et des aliments
  • Effets toxiques: provoque la soif, surit
  • Pour atténuer sa nocivité: le mélanger à des oranges

 

10~3

LIS (lilia)

Le meilleur est le lis céleste.

  • Indications thérapeutiques: dissout les excès d’humeur du cerveau et purifie l’eau de citron
  • Effets toxiques: peut provoquer des migraines par son odeur
  • Pour atténuer sa nocivité: y mêler du camphre

 

13:32 Écrit par Lucky Skywalker dans Art de vivre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : botanique, sante |  Facebook |

24/12/2006

Sites consacrés à la botanique

 

botanique 02

www.botanique.org

Site pour les experts en botanique utilisant parfois des termes ardus pour les néophytes. Divers sujets plus généralistes : les cellules de plantes, la germination, les grands botanistes, etc.

 

 

flore succulente 02

www.flore-succulente.com

Site dédié à la flore en milieu aride de différents lieux à sélectionner sur une carte et à explorer avec un diaporame et une encyclopédie sur les cactées et les plantes succulentes. Bons clichés mais un contenu rédactionnel limité.

 

 

flore de france 02

www.floredefrance.com

Plus de 22.000 photos de plantes avec une carte indiquant le lieu de la photographie. Moteur de recherche. Peu de renseignement sur les plantes photographiées.

 

 

orchidees

www.orchidees.fr

Site des orchidophiles francophones. Encyclopédie de 500 fiches avec photos et commentaires de qualité inégale. Pertinence des conseils pour la culture des orchidées.

 

 

floreaples

www.florealpes.com

Plus de 1.300 fiches permettant d’identifier la flore de montagne. Rubriques sur les plantes toxiques et protégées. Mise en page claire et photos de qualité.

 

 

cactuspro

www.cactuspro.com

2.600 fiches sur les plantes grasses et succulentes. Conseils de culture et liste de bonnes adresses. Présentation austère mais contenu riche et accessible aux néophytes.

 

 

pixiflore

www.pixiflore.com

Contenu très fourni : animations, vidéos, reportages. Comment connaître et reconnaître les plantes ordinaires et leurs propriétés.

 

 

lesarbres

www.lesarbres.fr

Nombreuses informations sur les arbres : les espèces, les cycles de croissance, arbres particuliers, les écorces, les feuilles, l’entretien, le choix en fonction de la nature du sol, etc.

 

 

13:16 Écrit par Lucky Skywalker dans Botanique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : botanique, favoris |  Facebook |

22/11/2006

Plantes envahissantes.

La berce du Caucase.

berce01

La berce du Caucase, souvent utilisée jadis comme plante ornementale dans les parcs privés, est apparue en Belgique dans les années 1930 et s’est rapidement répandue le long des talus des chemins de fer puis des terrains voisins, surtout lorsque ceux-ci sont laissés en friche. Pouvant sommeiller pendant de nombreuses années, les graines de la plante se réveillent très rapidement et peuvent tout envahir…

Cette ombellifère géante peut faire jusqu'à trois ou quatre mètres de hauteur avec de grandes ombelles blanches et des feuilles gigantesques. Toute végétation diparaît rapidement à ses pieds et la plante peut devenir particulièrement résistante et envahissante puisque la décomposition des feuilles fanées enrichit le sol pour la reprise de l'année suivante.

La taille extraordinaire de la plante attire immanquablement et les enfants sont souvent tentés d'utiliser les tiges creuses comme sarbacane. grave erreur, car la sève de celle-ci peut causer des brûlures en contact avec la peau, surtout lorsque celle-ci est exposée au soleil. Seuls quelques médecins urgentistes avertis pourraient expliquer l'origine de telle lésions.

Liens:

 

La renouée du Japon.

 

renouee du japon

Depuis les années cinquante, la renouée du Japon s’est particulièrement développée le long des cours d’eau, puis elle a peu à peu envahi les zones humides adjacentes. Cette plante est particulièrement envahissante car elle produit de 25 à 30 tonnes de biomasse par hectare, soit près du double d’un champ de maïs ! 

Cette plante est particulièrement difficile à éradiquer car ses racines peuvent s’étendre  dans le sol jusqu’à trois ou quatre mètres de profondeur et sur plusieurs dizaines de mètres.

Liens:

 

 

 

19:22 Écrit par Lucky Skywalker dans Jardinage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardinage, botanique |  Facebook |

16/11/2006

La lavande

« Là où la grande carline trouve assez de forces de lumière pour éclairer son soleil, la petite lavande distille des cailloux, aux feux de l’astre qui se promène en ses champs bleus comme en un autre azur, un parfum éclatant et suave qui n’est peut-être qu’une quintessence de lumière, visible des abeilles, mais trop pure à nos yeux d’humains pris au piège de l’arc-en-ciel. »

 

Pierre Lieutaghi : Le Livre des bonnes herbes (Ed. Actes Sud – ISBN 2-7427-0953-3)

 

La lavande dans le jardin.

 

Lavandula Stoechas « Snowman »

 

lavandula stoechas

  • Lavande papillon ou à toupet, au feuillage gris et légèrement duveteux. Fleurs blanches possédant des ligules au-dessus des épis avec un très bel effet décoratif.

Emplacement : ensoleillé

Floraison : V-IX

Hauteur : 60cm

Plantes par m² : 7

Convient : comme plates-bandes, fleurs coupées

 

Lavandula Angustifolia « Rosea »

 

lavandula rosea

  • Emplacement : ensoleillé
  • Floraison : VI-VIII
  • Hauteur : 40cm
  • Plantes par m² : 11
  • Convient : comme plates-bandes, fleurs coupées, plantes à feuilles persistantes

 

 

 

 

 

 

Lavandula Intermedia « Grappenhall »

 

lavande intermedia

  • Emplacement : ensoleillé
  • Floraison : VI-VIII
  • Hauteur : 40cm

 

 

 

 

 

 

 

 

Description :

  • Arbuste à fleurs, au feuillage persistant vert bleuté et persistant en hiver.
  • Fleurs généralement bleues (mais certaines variétés sont roses ou blanches), réunies en épis et apparaissant en juin.

 

Utilisation :

  • Placer en bordures, rocailles, talus et bacs.
  • Situation isolée ou en massifs.
  • Espacer la plantation de 40 à 50cm.

 

Culture :

  • Plantation au printemps ou en automne à un endroit ensoleillé où le sol n’est pas trop humide, mais est léger et bien drainé.
  • Supporte les sols secs et très ensoleillés mais arroser en été dans les bacs.
  • Plantes très mellifères fournissant un miel très parfumé

 

Entretien :

  • Après la floraison, rabattre les hampes florales.
  • Retailler au printemps.
  • Rajeunir la souche tous les 4 à 5 ans en rabattant jusqu’au vieux bois.

 

Multiplication :

  • Au début septembre, prélever des boutures de 10cm sur des pousses sans fleurs à planter dans un terreau sableux.
  • Laisser hiverner sous un châssis froid et repiquer au printemps.
  • Semis également au printemps.

La lavande dans la nature.

 

Lavande officinale (Lavandula angustifolia Miller – Lavandula angustifolia « Chaix)

  • Dénommée aussi lavande vraie, lavande femelle, lavande fine
  • Cultivée surtout en montagne aride et chaude sur le calcaire
  • Au XVIIIe siècle, classée parmi les plantes céphaliques et utilisée contre les maladies nerveuses
  • Infusion efficace contre la migraine, surtout digestive
  • Vertus stomachiques et antispasmodiques, calmantes et antiseptiques, diurétique et sudorifique.
  • S’indique contre la grippe, les vertiges, étourdissements, toux spasmodiques (coqueluche), affections bronchiques, maladies infectieuses, fièvres éruptives.
  • Possède des propriétés antivenimeuses : dans les Alpes et en Haute-Provence, on frotte la plaie des chiens mordus par des vipères
  • Chasse les poux et les insectes parasites des armoires : on frottait jadis les pieds des lits d’essence de lavande pour contrarier l’ascension des punaises
  • Son nom provient du latin « lavare » : à l’époque romaine, on l’utilisait dans le bain et les lessives et l’eau de lavande est toujours utilisée pour la toilette

 

Lavande aspic (Lavandula latifolia Medicus)

  • Dénommée aussi lavande spic ou lavande mâle
  • Cultivée surtout en basse altitude sur le calcaire
  • Même propriétés que la lavande officinale
  • Accroit fortement la sécrétion bilaire
  • L’huile de massage est un excellent stimulant et décontractant pour les douleurs musculaires et articulaires (torticolis, tendinites)
  • Huile utilisée par les peintres de la Renaissance, notamment par Rubens

 

Lavande stoechas (Lavandula stoechas L.)

  • Très riche en camphre
  • Cultivée surtout sur les terrain siliceux
  • Stimulante et vulnéraire en usage externe (actuellement inusitée)
  • Action plus forte sur le système respiratoire que les autres variétés

Lavandins.

  • Les lavandins sont des hybrides des lavandes officinales et aspic, fréquents à l’état sauvage, souvent très robuste, pouvant donner jusqu’à dix fois plus d’essence mais moins délicate.

 

Toxicité :

  • Comme le romarin, l’essence de lavande est toxique et épileptisante : inoffensive à doses médicinales, l’usage doit être modéré et les cures de longue durée interrompues périodiquement.

 

11:40 Écrit par Lucky Skywalker dans Jardinage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardinage, botanique, sante |  Facebook |