25/03/2007

Vélo: une chanson de Bénabar.

 

firstbike_cross_red_l~2


 

Dans le parc des Buttes-Chaumont un cycliste de 5 ans
S'apprète à vivre un grand événement

Encouragé par son père et par sa maman
Il va faire du vélo comme les grands

Il empoigne son guidon
C'est parti pour le grand frisson

Sans les petites roues qui stabilisent
Va falloir qu'il improvise

Notre équilibriste
S'élance sur la piste

Il tombe
Retombe

 

Les paumes incrustées de gravier
Ca fait mal et pis ça pique

C'est surtout vexant
De tomber en public

Il va pas remettre les p'tites roues
Ca serait pire que tout

Attention! il enfourche son bolide
Et c'est reparti pour la chevauchée intrépide

Au premier coup de pédale
Il bascule et puis s'affale

Il fait rien qu'à l'énerver
Ce vélo qui fait que tomber
C'est quand même très énervant
Ces vélos qui tombent tout le temps

Un coup de pied dans le porte-bagages!
Ca change rien mais ça soulage

Sermon des parents "c'est vilain de faire des colères
Et faut être bien sage et avoir un bon caractère"

Mais s'énerver c'est légitime
Faut se faire respecter des machines

Avec mon scooter je connais les mêmes déboires
Quand il démarre pas je lui donne
Des coup de casque dans les phares

Alors ce gosse faut pas le gronder
C'est le vélo qui a commencé

 
likeabike_badger_l~1

 

Il s'élance dans la descente
Maintient le cap avec adresse

Il dévale la pente
Tangue et se redresse

Et prend de la vitesse
Les jambes à l'horizontale

Le guidon tremble il vibre
Il sautille sur sa selle mais garde l'équilibre

Il vaut faire coucou de la main
Et se vautre un peu plus loin

Il arrache le garde-boue
Et les poignées en caoutchouc

La dynamo d'un coup de talon
Puis piétine les rayons

Et il crève les pneus
Il commence à se sentir mieux

Il fait rien qu'à l'énerver
Ce vélo qui fait que tomber
C'est quand même très énervant
Ces vélos qui tombent tout le temps

Un coup de pied dans le porte-bagages!
La sonnette? elle dégage!

Mais faut pas faire de colère
Alors écoute-moi bien

Plutôt que d'essayer d'arracher les câbles des freins
Fais levier avec un bâton pour pas te baiser les mains.

 

likeabike_puffin_l~2

 

Vélo

Interprété par Bénabar

17:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Vélo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chanson, velo, design |  Facebook |

10/11/2006

Renaud a retrouvé son flingue

 

 

 

 

 

 

Ma plume est une arme de poings
Mes mots parfois sont des grenades
Dans ce monde cruel et crétin
Ma guitare est en embuscade
Contre toutes les barbaries
Contre les silences assassins
Le conformisme des nantis
Et l’ignorance des gens de rien
Car si jamais une chanson
N’a fait tomber un dictateur
Si la tyrannie, l’oppression
Vivent toujours de belles heures
Je sais que j’écrirai toujours
Comme un acte de résistance
Outre quelques chansons d’amour
A l’encre noire de la violence!
C'est pas donné aux animaux
C'est la mission des baladins
De combattre avec des mots
De faire des couplets, des coups de poing!

J'ai retrouvé mon flingue
Il était dans mes rimes
Attention, je déglingue
Je dégomme, je décime

Au premier rang de ma colère
L’Amérique du grand capital
Georges Bush et ses chiens de guerre
Et son putain d’ordre moral
Son modèle de société
Mi-décadente, mi-puritaine
Sa peine de mort légalisée
Par des cours que l’on dit suprêmes
Sa sous-culture qu’il voudrait bien
Imposer à la terre entière
Coca, Mac Do, rappeurs crétins
Disneyland et Schwarzenegger
Loi du plus fort, loi de la jungle
Consommation et pollution
Chaque citoyen son flingue
Amour du drapeau à la con!
Je rêve que vivent un jour
Dans ce pays dégénéré
Des centaines de Michael Moore
Des Luther King par milliers

J'ai retrouvé mon flingue
Il était dans mes rimes
Attention je déglingue
Je dégome, j’extermine

Autre fléau, autre danger
Ses putains d’églises à la con
Les évangelistes timbrés
Rabin, ayatollah, curton
Combien de guerres combien d’horreurs
Ses imbéciles ont engendré
Par leurs discours de malheur
Sur les masses de demeurés
Tous ceux-là considèrent la femme
Comme une pute ou une sainte
Promettent la damnation de l’âme
A qui ne vit pas dans la crainte
Trouverais-je jamais les mots
Pour dire mon mépris profond
De tous les dieux, tous leurs dévôts
Et de toutes les religions
La mienne se résume en fait
A l’amour, a l’amitié
A l’amour de cette planète
Ou vit l’homme et sa fiancée.

J'ai retrouvé mon flingue
Il était dans mes rimes
Attention, je déglingue
Je dégomme, j’élimine

Chaque jour, ils sont des milliers
Les enfants qui meurent sans bruit
Quand des milliards sont dépensés
Pour sur-armer tous les pays
On mise sur le nucléaire
On sur-sonsomme, on sur-produit
Lorsque la moitié de la terre
Crève de faim, de maladie
La charité a remplacé la justice
et c’est l’abbé Pierre
Qui doit chaque jour s’y coller
Pour que nos consciences soient claires
Pour faire du spectacle avec ça
Il y a toujours un projecteur
Et toujours une caméra
Comme un vautour sur le malheur
Avec l’horreur, ils font du fric
Et avec la mort de l’audience
Notre époque est télémerdique
l’info remplace la connaissance

J'ai retrouvé mon flingue
Il était dans mes rimes
Attention, je déglingue
Je dégomme, j’assassine

S’attaquer aux moulins a vent
De l’injustice, de la misère
Comme je le fait de temps en temps
Dans mes petites chansons colères
ça relève de l’utopie
Mais y a-t-il autre chose a faire?
Poser des bombes, prendre un fusil,
Ou suivre le troupeau pépère
Qui imagine changer l’histoire
En votant pour des gangsters
En déléguant tous les pouvoirs
A des politiciens pervers!
Vienne un jour se monde impossible
Ou les enfants seront bénis
Et aucune femme ne sera la cible
De la violence et du mépris
Ou les hommes vivront d’amour
Comme on dit d’autres que moi
Ou plus personne ne sera sourd
Aux cris de détresse et d’effroi

J'ai retrouvé mon flingue
Il était dans mes rimes
Attention, je déglingue
Je dégome, je décime
Je dégome, j’extermine
Je dégome, j’élimine
Je dégome, j’assasine !!!

 

 

Chanson: "J'ai retrouvé mon flingue"

Paroles: Renaud

Album: Rouge Sang (2006)

20:32 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chanson, musique |  Facebook |

05/11/2006

L'humour de Jean-Luc Fonck

 

 

 

 

L'humour est universel... un peu comme la mort, mais en moins triste.

Jean-Luc Fonck (Sttella)

Tiens, en parlant de lapin, je possède chez moi un tableau, c'est mon grand-père qui l'a peint... par téléphone, à la peinture... allo!

Jean-Luc Fonck (Sttella) - Extrait de "Gérant".

Site de Sttella: www.sttella.com

 

21:35 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, chanson |  Facebook |