13/08/2008

Ce que Louis XIV pensait des femmes

louis par lui memeMorceaux choisis du Roi avec introduction et commentaires par Michel Déon de l'Académie française.

Louis XIV est le plus célèbre et le plus méconnu des rois de France. Si, pendant son règne, il a eu raison de ses adversaires, ceux-ci ont eu raison de lui après sa mort: jansénistes, quiétistes, protestants se sont unis pour le défigurer.

Il suffit pourtant d'ouvrir les Mémoires, de lire la correspondance, de l'écouter parler avec ses contemporains, pour découvrir l'homme et lui vouer une admiration grandissante.

Il est le père de la france moderne, celle des industries comme celle des Lettres et des Arts. Il lui a donné ses limites naturelles, il a forcé l'Europe à respecter ses armées et sa flotte, il a noué et dénoué des alliances avec une étonnante prescience du destin. Il a doté le pays d'une administration, maté le trublionisme de la noblesse, réisté à la tentation du schisme, bâti des palais et voulu des jardins dont la splendeur est aujourd'hui encore une des plus sûres gloires de la France.

Michel Déon.

Michel Déon est né à Paris en 1919. Après avoir longtemps séjourné en Grêce, il vit en Irlande. Il a reçu le prix Interallié en 1970 pour Les poneys sauvages et le Grand Prix du Roman de l'Académie française en 1973 pour Un taxi mauve. Il a publié depuis Le jeune homme vert, Les vingt ans du jeune homme vert, Un déjeuner de soleil, Je vous écris d'Italie..., La montée du soir, et rassemblé quelques souvenirs dans Mes arches de Noé et Bagages pour Vancouver. Il est membre de l'Académie française depuis 1978.

Extrait.
Ce que Louis XIV pensait des femmes.

louis XIVDès lors que vous donnez la liberté à une femme de vous parler des choses importantes, il est impossible qu'elles ne nous fassent faillir. La tendresse que nous avons pour elles, nous faisant goûter leurs plus mauvaises raisons, nous fait tomber insensiblement du côté où elles penchent; et la faiblesse qu'elles ont naturellement, leur faisant souvent préférer des intérêts de bagatelles aux plus solides considérations, leur fait presque toujours prendre le plus mauvais parti. Elles sont éloquentes dans leurs expressions, pressantes dans leurs prières, opiniâtres dans leurs sentiments, et tout cela n'est souvent fondé que sur une aversion qu'elles auront pour quelqu'un, sur le dessein d'en avancer un autre, ou sur une promesse qu'elles auront faite légèrement.

Le secret ne peut être chez elles dans aucune sûreté : car si elles manquent de lumières, elles peuvent par simplicité découvrir ce qu'il fallait le plus cacher; et si elles ont de l'esprit, elles ne manquent jamais d'intrigues et de liaisons secrètes. Elles ont toujours quelque conseil particulier pour leur élévation ou pour leur conservation, et elles ne manquent point d'y étaler tout ce qu'elles savent, autant de fois qu'elles en croient tirer quelque raisonnement pour leurs intérêts.

 

18:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, louis xiv |  Facebook |

10/01/2008

Vengeance!

divine emilie


La plus grande vengeance que l'on puisse prendre vis à vis de ceux qui nous détestent ou nous haïssent, c'est d'être heureux.
Les femmes, c'est comme les girouettes. Quand ça se rouille, ça se fixe.

Extraits des dialogues du film "Divine Emilie" d'Arnaud Sélignac consacré à Emilie du Châtelet, avec Léa Drucker (Emilie) et Thierry Frémont (Voltaire).

 

18:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vengeance, femme, film |  Facebook |

30/08/2007

Ah les femmes!... (Thyde Monnier: Rue Courte)

rue courte 02

Extrait de Rue Courte de Thyde Monnier, Editions Grasset - Les Cahiers Rouges.

"Maintenant je le sais: aimer c'est souffrir, voilà, c'est ça. Pour les femmes, aimer c'est souffrir, pour les hommes peut-être c'est pas pareil, même dans la grosse passion, leur force de muscle, leur force de raison, ça leur sert à se défendre. La force des femmes, elle, elle est tout en nerfs, c'est une chose guère solide, une de ces musiques qu'à peine si on les touche, elles chantent gai comme un oiseau, puis triste comme l'eau des sources et tout de suite après elles se détraquent."

09:04 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : femme |  Facebook |