13/08/2008

Ce que Louis XIV pensait des femmes

louis par lui memeMorceaux choisis du Roi avec introduction et commentaires par Michel Déon de l'Académie française.

Louis XIV est le plus célèbre et le plus méconnu des rois de France. Si, pendant son règne, il a eu raison de ses adversaires, ceux-ci ont eu raison de lui après sa mort: jansénistes, quiétistes, protestants se sont unis pour le défigurer.

Il suffit pourtant d'ouvrir les Mémoires, de lire la correspondance, de l'écouter parler avec ses contemporains, pour découvrir l'homme et lui vouer une admiration grandissante.

Il est le père de la france moderne, celle des industries comme celle des Lettres et des Arts. Il lui a donné ses limites naturelles, il a forcé l'Europe à respecter ses armées et sa flotte, il a noué et dénoué des alliances avec une étonnante prescience du destin. Il a doté le pays d'une administration, maté le trublionisme de la noblesse, réisté à la tentation du schisme, bâti des palais et voulu des jardins dont la splendeur est aujourd'hui encore une des plus sûres gloires de la France.

Michel Déon.

Michel Déon est né à Paris en 1919. Après avoir longtemps séjourné en Grêce, il vit en Irlande. Il a reçu le prix Interallié en 1970 pour Les poneys sauvages et le Grand Prix du Roman de l'Académie française en 1973 pour Un taxi mauve. Il a publié depuis Le jeune homme vert, Les vingt ans du jeune homme vert, Un déjeuner de soleil, Je vous écris d'Italie..., La montée du soir, et rassemblé quelques souvenirs dans Mes arches de Noé et Bagages pour Vancouver. Il est membre de l'Académie française depuis 1978.

Extrait.
Ce que Louis XIV pensait des femmes.

louis XIVDès lors que vous donnez la liberté à une femme de vous parler des choses importantes, il est impossible qu'elles ne nous fassent faillir. La tendresse que nous avons pour elles, nous faisant goûter leurs plus mauvaises raisons, nous fait tomber insensiblement du côté où elles penchent; et la faiblesse qu'elles ont naturellement, leur faisant souvent préférer des intérêts de bagatelles aux plus solides considérations, leur fait presque toujours prendre le plus mauvais parti. Elles sont éloquentes dans leurs expressions, pressantes dans leurs prières, opiniâtres dans leurs sentiments, et tout cela n'est souvent fondé que sur une aversion qu'elles auront pour quelqu'un, sur le dessein d'en avancer un autre, ou sur une promesse qu'elles auront faite légèrement.

Le secret ne peut être chez elles dans aucune sûreté : car si elles manquent de lumières, elles peuvent par simplicité découvrir ce qu'il fallait le plus cacher; et si elles ont de l'esprit, elles ne manquent jamais d'intrigues et de liaisons secrètes. Elles ont toujours quelque conseil particulier pour leur élévation ou pour leur conservation, et elles ne manquent point d'y étaler tout ce qu'elles savent, autant de fois qu'elles en croient tirer quelque raisonnement pour leurs intérêts.

 

18:00 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, louis xiv |  Facebook |

12/08/2008

Louis XIV a dit...


La décision a besoin d'un esprit de maître et il est sans comparaison plus facile de faire ce que l'on est, que d'imiter ce que l'on n'est pas.


Il vaut mieux faire des fautes légères en vous conduisant par vos propres mouvements, que de les éviter en suivant trop exactement ce qu'on vous inspire.


Ce qui est grand et beau quand nous le pouvons par l'état où se trouvent nos finances, devient chimérique et ridicule quand nous ne le pouvons pas.


18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : louis xiv |  Facebook |

08/02/2008

Michel Peyramaure: Les bals de Versailles

51SRND4GVFL__AA240_

Michel Peyramaure.

Michel Peyramaure est né à Brive, en Corrèze, en 1922. À sa sortie du collège, il travaille dans l'impri­merie de son père puis devient journaliste à La Mon­tagne, avant de se consacrer à la littérature. Son premier roman, Paradis entre quatre murs, paraît en 1954. Une cinquantaine d'autres suivront, mar­qués par son goût pour l'histoire de France - celle de ses provinces en particulier - et pour la littérature de terroir.

Au début des années quatre-vingt, il fonde, avec Claude Michelet et Denis Tillinac, l'École de Brive, un mouvement d'écrivains du terroir, tous Corréziens, qui renouent avec la tradition romanes­que et populaire du XIXe siècle. Il est également l'auteur de biographies (Henri IV, Cléopâtre, Suzanne Valadon, Sarah Bernhardt). Michel Peyramaure a reçu en 1979 le Grand Prix de la Société des gens de lettres pour l'ensemble de son œuvre. Écrivain « régional », il dit avoir « les deux pieds en Corrèze ».

Les Bals de Versailles.

Jamais plus prodigieux spectacle ne fut offert à un misérable orphelin. Le jeune Nicolas Chabert est devenu le protégé et le secrétaire de la Maintenon, future épouse dans le plus grand secret du Roi-Soleil. Ainsi, le hasard ou la providence l'ont arraché aux rues  boueuses de Saint-Eustache pour le plonger dans les plaisirs de l'Ile Enchantée. Il découvre et nous raconte tous les secrets de la cour.

Louis XIV attire alors tous les cœurs à lui. Il aime toutes les femmes exceptée la sienne. A Fontainebleau, à Versailles, il règne et séduit selon son bon plaisir. À la cour, les favorites éclipsent presque la reine. Passent Marie Mancini, Henriette d'Angleterre, la douce et timide Louise de Lavallière, la sublime Athénaïs de Montespan, et son émouvante
rivale, Marie-Angélique de Fontanges, victime probable de l'affaire des Poisons.

Au fabuleux carrousel des amours royales, de ses intrigues et de ses passions, Michel Peyramaure, en romancier, ajoute ses couleurs, sa vivacité, son regard neuf et ébloui.

Editions Robert Laffont - Pocket n° 12277.

Louis XIV en campagne avec sa cour...

Lille 1793a [Web520]
Lille vers 1793.

On passait d'une ville à l'autre. Après Lille, ce furent Charleroi, Tournai, Douai... On traversait, sur des routes défoncées par le passage des troupes et des convois, des campagnes accablées par la canicule, où persistaient les odeurs cadavériques des hommes et des chevaux. On arrivait aux étapes les reins moulus, cou­verts de poussière, les oreilles bourdonnantes du trot des chevaux et du battement des tambours, la faim au ventre. Il fallait, en descendant du carrosse, chercher, à travers des villages perdus, les portes marquées d'une croix par les fourriers, où l'on pourrait passer la nuit. Parfois on avait la chance de trouver sur son chemin un château ou la demeure d'un bourgeois. Le plus sou­vent on était hébergé dans des chaumières, des gran­ges, des fenils, quand ce n'était pas dans la fougère. On s'éveillait au clairon, le corps dévoré de vermine, sans rien d'autre pour faire toilette qu'un seau d'eau, une fontaine ou une mare puante. On laissait sur le carreau, sans s'apitoyer outre mesure sur leur sort, les dames qui ne pouvaient suivre ce train d'enfer. On payait un lourd tribut à la guerre et à l'honneur de suivre le roi. Sa Majesté en était-elle reconnaissante ? Elle s'en moquait !

Marie-Angélique de Fontanges, favorite du roi, invente une nouvelle coiffure.

Mlle-de-Fontanges_a

Un jour que, chassant ensemble en forêt de Ram­bouillet, ils étaient revenus trempés par une ondée, après une étreinte buissonnière, elle avait la chevelure en bataille. Ils se séchaient dans le pavillon de chasse, auprès d'un grand feu, quand Louis s'écria, alors qu'elle se rajustait :
-  Voilà qui est étrange !
-  Quoi donc, sire ?
-  Je veux parler de cette façon de vous recoiffer. Ces deux rubans qui attachent vos cheveux et pendent de chaque côté du visage... Est-ce ainsi que l'on se coiffe en Limousin ? Je trouve que cela vous va à ravir. Nous allons en lancer la mode !

Quelques jours plus tard, c'était chose faite. Mes­dames de la Cour tinrent à se coiffer « à la Fontanges » : deux rubans qui encadraient le visage, auxquels on ajouta une sorte de petit éventail déployé au-dessus de la nuque. La mode gagna non seulement Versailles mais tout le pays, et certaines Cours étrangères l'adop­tèrent.

Il y a quelques jours, une dame de mes voisines est venue me rendre visite dans ma gentilhommière du Périgord. Elle était coiffée « à la Fontanges ». Quand je lui révélai l'origine de cette mode et confiai que j'avais bien connu celle qui l'avait initiée, elle en fut éberluée.

 

fontanges

fontange017vc

Fontange_Kneller Mary II of England

Différentes formes de coiffures « à la Fontanges ».

La coiffure à la Fontanges apparut vers 1678 à l'initiative de Marie-Angélique de Scoraille de Roussille duchesse de Fontanges dite Mademoiselle de Fontanges (°1661-1681), favorite de Louis XIV et rivale de la Maintenon.

De simple noeud relevant les cheveux bouclés sur le dessus de la tête, cette coiffure se transformera en un échafaudage de boucles complété ensuite par un bonnet, couronnant la tête d'une véritable architecture de mousseline, de dentelles, de rubans montée sur fil d'archal. La vogue en durera trente ans malgré les critiques et même la défaveur du Roi.

La chaire de vérité de l'église de Lamazière.

lmb_choeurg [Web520]
Intérieur de l'église de Lamazière-Basse avec sa célèbre chaire de vérité.

À l'issue d'un souper, le roi proposa à ses convives de formuler leur vœu le plus cher. Quand vint le tour de Marie-Angélique, on s'attendit à ce qu'elle demandât à la Providence de lui conserver l'amour du roi. Elle répondit d'une voix timide :

- Sire, outre souhaiter que Dieu vous garde long­temps en vie, rien ne me serait plus agréable qu'une chaire pour l'église de Lamazière, en Limousin, proche de mon château de Roussille. Jadis, j'allais m'y recueillir, prier et porter des fleurs à la Vierge.

Ce vœu si simple fut exaucé sur-le-champ. L'hum­ble sanctuaire est aujourd'hui, dit-on, doté d'une chaire que les cathédrales de Limoges et de Tulle pourraient lui envier.

L'accès à la chaire ne se fait pas par un escalier latéral mais par une porte dans la mur donnant dans la sacristie. Elle est décorée d'anges, d'angelots, des Evangélistes, d'un Christ glorieux, de Dieu le Père et du Saint-Esprit. Cette chaire a été restaurée en 1970.

Description de la chaire de l'église de Lamazière-Basse: http://www.patrimoine-de-france.org/oeuvres/richesses-56-...

Source iconographique: http://pagesperso-orange.fr/geneamaz/v_lamaziere.htm

09:15 Écrit par Lucky Skywalker dans Lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : louis xiv, versailles, fontanges, coiffure |  Facebook |

10/05/2007

Lettre de Louis XIV à Vauban.

Brest-photo-2~1
Vue aérienne de Brest.

En 1694, Vauban est Commissaire général des fortifications de Louis XIV et inspecte les côtes de Bretagne menacées par Guillaume d'Orange, alors souverain de la Grande-Bretagne et des Provinces-Unies, les deux plus importantes puissances maritimes d'Europe.

Convaincu qu'une attaque anglo-hollandaise menace la ville de Brest, Louis XIV nomme Vauban au commandement de la place. Cette décision est exceptionnelle car si Vauban porte bien le titre de lieutenant général, c'est en tant qu'ingénieur et non en tant que militaire. Lui confier un tel poste de commandement passe donc outre des grandes traditions militaires.

La lettre que Louis XIV adresse a Vauban pour lui signifier sa nomination se termine par ces mots:

"L'importance de Brest fait que je ne veux pas me reprocher de n'avoir pas contribué de tout ce qui peut dépendre de moi pour essayer d'empêcher les ennemis de réussir dans cette entreprise."

"L'emploi que je vous donne est un des plus considérables par rapport au bien de mon service et de mon royaume; c'est pourquoi je ne doute point que vous ne voyiez avec plaisir que je vous y destine et ne m'y donniez des marques de votre zèle et de votre capacité, comme vous avez fait en toute rencontre."

A l'époque, les choses savaient être bien dites...

Site consacré aux places-fortes de Vauban: http://www.sites-vauban.org/

saint_martin_de_re~1

Vue aérienne de Saint-Martin-de-Ré.

Site consacré aux photos de villes: www.photos-de-villes.com



 

18:30 Écrit par Lucky Skywalker dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vauban, louis xiv |  Facebook |